MUSIQUE      CINEMA      ARTS VISUELS      LIVRES      POST DIGITAL

22 janvier 2015

”Até que a Sbórnia nos separe”, à découvrir à Black Movie

^^
Illustration: ”Até que a Sbórnia nos separe” (gif)
Le Black Movie à Genève comporte plusieurs particularités. Spécifique et foisonnante, sa grille de programmes a tendance à donner le vertige au spectateur non initié. Avec toujours quelques gros coups (The Tribe, les derniers Hong Sangsoo et Takashi Miike ou encore la rétrospective Wang Bing), la particularité de l’événement genevois est d’avoir dans ses rangs des films dits "pour enfants" avec la section du Petit Black Movie, dans laquelle se trouve des objets qui rendent les productions actuelles de Disney ou Pixar honteuses. Parmi elles, l’extraordinaire Até que a Sbórnia nos separe, chef d’œuvre brésilien à découvrir de toute urgence pour se rendre compte qu'il est toujours possible de voir des dessins animés de grande qualité.

19 janvier 2015

Se soumettre ? La question posée par Michel Houellebecq

Illustration: Pierre Girardin

On l’entendra de plus en plus : le dernier roman de Michel Houellebecq est une provocation. Mais que, ou qui, provoque-t-il ? On aura dit : l’Islam. Parce que son roman parle de l’Islam ? Parce qu’il parle des musulmans ? On a dit encore : c’est le plus beau cadeau offert aux identitaires de tous bords, aux extrêmes et aux « blocs ». L’auteur s’en est démenti publiquement : il n’y a rien d’extrême dans son récit. Quoi alors, des faits ? Quelle est cette « soumission » dont on nous rabâche qu’elle excite un climat politique déjà sulfureux ? Proposition.

15 janvier 2015

Kino Klub: Frieze, ”Our Glasgow”



Glasgow fait manifestement partie des villes artistiquement les plus sous-estimées hors des frontières du Royaume-Uni. La plus grande ville d'Ecosse, qui héberge notamment Duncan Campbell (à l'honneur ci-dessus), vainqueur du Turner Prize 2014, a bénéficié bien malgré elle d'un regain d'intérêt suite à l'effroyable incendie qui a en partie atteint la Glasgow School of Art le 23 mai dernier (et de nombreux travaux d'étudiants qui y passèrent). Ce petit joyaux architectural, monument protégé vieux d'un siècle, n'est toutefois pas le seul atout glaswegien, comme le contaste le magazine Frieze, revue de référence qui fête ses 25 ans d'existence cette année et qui poursuit ses observations via sa série de reportages vidéo d'excellente facture. 30 minutes en immersion dans la ville d'Angus Young!

06 janvier 2015

Speaches: décembre 2014

Illustration: Johanne Roten
Les verres sont rangés, les bulles évaporées et les idées remises en place. On a donc presque tourné la page 2014. Il ne reste plus qu'un petit recensement mensuel pour que notre petite rédaction y consente, mais il ne fallait pas trop la forcer; c'est que décembre fut à bien des égards un mois incontournable, que l'on parle de grands retours, d'un symposium attendu, mais aussi d'un écrivain majeur ou de nouveaux films bêtes et/ou nuls. Et même d'une publicité.

05 janvier 2015

TT Books: la Revue Audimat

Illustration: Estelle Bourdet
Doublement à l'honneur dans notre Good Times 2014 récemment paru, la revue Audimat a retenu l'attention de Think Tank dès son premier numéro. Editée par Les Siestes Electroniques, festival défricheur français, elle regroupe des réflexions sur la pop et la culture actuelle mais aussi des textes anglo-saxons traduits (et bien choisis) pour l’occasion. Conversation à l'interne autour de ce projet éditorial critique et singulier.

30 décembre 2014

GOOD TIMES 2014

Illustration: Bruno Aeberli

Plutôt que des top 10 thématiques, Think Tank revient sur les meilleurs moments culturels de 2014. Les 5 rédacteurs désignent leurs coups de cœur de cette année. A l'image de notre projet en général, ces good times, par leur diversité non calculée, souhaitent multiplier les points de vue, croiser les disciplines, être attentifs autant aux phénomènes émergents qu'aux tendances plus massives ou au retour de classiques. On remet ça pour 2015 avec toujours la même envie d'être surpris et de prendre la pop au sérieux.

28 décembre 2014

Duras et les passages

Photo: Céline Burnand


Marguerite, c’est le prénom d’une fleur. On l’imagine frêle et bercée par le vent. On la caresserait doucement pour ne pas la casser. On laisserait ses pétales s’étaler sur un paysage. Duras, par contre, c’est gras, c’est lourd : un pan de mur luisant passé au cirage. Une paroi épaisse cuisant sous un zénith. S’appuyer sur l’onomastique est aisé, les textes, c’est connu, disent toujours plus que les noms d’auteurs, mais en disent aussi sur les noms. C’est à ça, sûrement, qu’on reconnaît la force d’une œuvre : sa propension à façonner la vie.

23 décembre 2014

Beck Books et sa TV



Commissionné par l'espace genevois m j, le programme art visuel de l'édition 2014 des Urbaines a agi comme une magnifique plateforme pour deux entités rattachées aux livres d'artistes et aux projets éditoriaux singuliers (via la "Bootleg Library"). Oraibi tout d'abord, librairie indépendante, itinérante et installative (voir le bookshop à Curtat Tunnel) créée par Ramaya Tegegne et Tiphanie Blanc. Beck Books ensuite, initiée en 2012 par Géraldine Beck, à Zurich dans le cadre de APNews (2011–13) dans un premiers temps. Ces deux structures ont dès leurs débuts envisagés divers formats et manifestations et, bonnes nouvelles, partageront un même espace à Genève tout bientôt.

12 décembre 2014

Natural Fair: Localité et globalité d’une musique post-digitale

Illustration: Enrico Boccioletti (spcnvdr.org/)
La digitalisation est souvent lue comme l’annihilation des distances. Le monde et les individus devenus interconnectés globalement, la notion de localité devrait alors perdre toute importance. Mais il suffit de creuser un peu pour se rendre compte que la réalité actuelle est bien différente. Si leur articulation et leurs significations ont bel et bien changées, local et global continuent d’exister dans une géographie d’échanges, de pouvoir et de luttes.

06 décembre 2014

Natural Fair: MP4REAL format musical et authenticité

Illustration: Enrico Boccioletti (spcnvdr.org)
La notion d’authenticité, en terme de registre émotionnel, fait partie des normes récurrentes de l’expression artistique. Pour la musique actuelle, comment cette quête peut-elle exister ? Les copier-coller, les citations et la notion même de format semblent en effet devoir rendre son expérience impossible.